Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis

Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis pour la semaine close le 27 septembre se sont établies au nombre de 287.000, contre 297.000 de consensus et 295.000 une semaine auparavant. La moyenne à quatre semaines est ressortie à 294.750, contre 299.000 une semaine plus tôt.

D'après la dernière étude de la firme Challenger, Gray & Christmas sur la question, les annonces de licenciements des entreprises ont concerné 30.477 personnes aux Etats-Unis en septembre 2014, ce qui ressort comme le plus bas niveau depuis juin 2000. Ce total se compare aux 40.010 postes du mois d'août 2014 et aux 40.289 emplois du mois de septembre 2013. Le total du 3ème trimestre ressort à 117.374, contre 124.093 au second trimestre et 128.452 un an avant.

De ce fait, les Etats-Unis assistent bien à un reflux progressif du chômage et confirme une certaine vivacité de l'activité économique. Cependant, quel type d'emploi a été créé? En effet, si les Etats-Unis peuvent se targuer de faire diminuer le chômage, la précarité de l'emploi n'a jamais été aussi forte et le nombre d'Américains en difficulté n'a jamais été aussi grande.

L’agence Associated Press a révélé des résultats d’enquête très surprenants il y a quelques mois, annonçant que 80 % de la population américaine vivait dans la précarité, luttant contre le chômage et nécessitant l’aide gouvernementale pour boucler leur budget mensuel. Parmi ces individus en difficulté, près de 50 millions vivent même en dessous du seuil de pauvreté. L’étude a également montré que l’écart de richesse entre riches et pauvres était plus grand que jamais. De plus, les emplois industriels bien rémunérés qui autrefois donnaient l’opportunité aux ouvriers d’augmenter leur niveau de vie disparaissent progressivement.

Le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté ne reflète pas forcément le nombre d’Américains sans emploi. Selon une mesure de recensement publiée en avril 2014, ces 50 millions (3 millions de plus que les chiffres officiels du gouvernement), sont aussi dus aux frais de santé et du travail. La nouvelle mesure est en général « considérée comme plus fiable par les sociologues car elle prend en compte les revenus et les effets de l’aide gouvernementale, notamment des bons alimentaires et des réductions fiscales », explique Hope Yen, journaliste à l’Associated Press. D’autres révélations affirment que les bons alimentaires aidaient environ 5 millions de personnes à tout juste sortir du seuil du pauvreté. Cela signifie que le taux de pauvreté est en fait plus haut et que sans l’aide du gouvernement, il s’élèverait de 16 % à presque 18%.

Tag(s) : #Etats-Unis

Partager cet article

Repost 0