Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Union Européenne court-elle vers une nouvelle crise financière? C'est une question sérieuse au vu de ce que la Banque Centrale Européenne (BCE) a déclaré la semaine dernière.

En effet, la BCE s'inquiète des créances douteuses dues à la crise des subprimes et de l'endettement des Etats qui pèsent sur les banques en Europe.

Le chiffre de 865 milliards d'euros de créances douteuses a été comptabilisé à la fin du premier trimestre 2017.  Ce chiffre ne concerne que les principales grandes banques Européennes. L'histoire ne nous dit pas pour les autres établissements financiers Européens.

Ce chiffre est inquiétant et montre la fragilité du système financier Européen.

La BCE a décidé de durcir encore le traitement comptable dans les bilans des banques, sachant que les créances douteuses ne sont provisionnées qu'à hauteur de 60% environ en moyenne en Europe .

Ce nouveau dispositif qui doit être discuté à partir du 8 décembre 2017 doit correspondre aux attentes prudentielles du superviseur afin d'éviter une sous-estimation du risque de défaut  sur les nouveaux prêts. En revanche, il semble pour le moment que rien ne soit prévu sur le stock de créances douteuses anciennes.

Celles-ci pourtant représentent  des proportions inquiétantes dans certains pays de l 'Union Européenne telle qu'en Italie où le système bancaire est en très mauvaise santé financière avec des banques comme Monte dei Paschi et Banque Carige qui sont les plus anciennes banques du pays et du monde et qui sont en très grande difficulté financière. De même pour la Grèce, l'Espagne, le Portugal et plus récemment en Allemagne avec la Commerzbank et la Deutsche Bank.

Le problème qui se pose aujourd'hui, ce sont les taux négatifs pratiqués par la BCE et qui impactent un peu plus les banques dans leur résultat. Le système financier tourne en rond car il devrait être en faillite sans le Quantitative Easing de la BCE. Mais le remède des taux négatifs détruit tout autant visiblement et fragilisent les banques qui licencient un peu partout en Europe.

Par ailleurs, les grandes institutions n'ont pas vraiment tiré la leçon de la crise, car certains produits financiers "dangereux" comme les Credit Default Swap n'ont pas été interdits. Les différents législateurs pourront mettre n'importe quelle nouvelle réglementation avec plus de contrôle mais tant que des produits complexes et spéculatifs continueront d'alimenter le circuit financier, le risque d'une crise financière majeure n'est pas à écarté.

 

Tag(s) : #Europe

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :