Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alors que le prix du WTI à New-York côte  à 96.35 dollars et que le Brent à Londres côte à 117.14 dollars, le prix de l'essence dans les stations d'essence est toujours aussi élevé.

En moyenne, le prix du super E95-85 oscille entre 1.50 euros et 1.60 euros le litre. Si on rapporte le fait qu'un baril de pétrole contient 160 litres et malgré le coût du raffinement de l'essence, on peut raisonnablement se demander pourquoi un tel écart?

Certes, il y a les taxes qui représentent 60% du prix auquel il faut ajouter les 19.6% que le consommateur paie en caisse.

 

Alors comment faire? Est-ce seulement une affaire de spéculation? Oui diront certains, mais c'est plus complexe.

 Il y a plusieurs problématiques:

-  Les enjeux géo-stratégiques qui pèsent dans le cours du pétrole. En effet, la plupart des réserves de pétroles sont souvent situés dans des régions instables ou bien  certains Etats producteurs se servent du pétrole comme d'une arme économique

-  Les réserves de pétroles s'amenuisent selon les experts Les compagnies pétrolières dépensent de plus en plus d'argent pour forer le pétrole plus profond dans le sol ou bien dans la mer ou océan.

-  Les Etats augmentent ou maintiennent les taxes sur les produits pétroliers afin de s'assurer de rentrée d'argent afin de financer les déficits.

-  La demande en pétrole ne cesse d'augmenter, notamment de la part des pays émergents qui sont en plein essor économique et qui ont un grand besoin énergétique pour se développer.

 

Pour que les cours du pétrole à New-York et à Londres baissent, il faudrait une contraction mondiale de la demande. Mais ceci enclencherait d'autres facteurs de préoccupation, notamment le fait que si les pays émergents se mettaient à moins consommer, cela pourrait signifier dans l'immédiat d'un début de récession économique.

Partager cet article

Repost 0