Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ATHENES.jpg

Les marchés boursiers Européens ouvraient en baisse ce lundi matin suite à des rumeurs de défaut de paiement de la Grèce. En effet, le plan d'austérité qui a été voté au parlement Grec, il y a deux semaines, sera difficilement tenable pour la population. Pire, le Fonds Monétaire International a prédit que le plan d'austérité allait faire perdurer la récession en Grèce avec un PIB en recul de 3% sur l'année 2011. De plus, la rémunération à 14% des obligations de l'Etat Grec allourdissent la facture à payer pour l'ensemble de la collectivité Grecque.

 

Face à cette situation gravissime, les pays membres de la zone Euro vont se réunir jeudi 21 juillet pour discuter d'un énième scénario d'aide à la Grèce.

Pour le moment, la solution Allemande semble tenir la tangente en proposant une taxe sur toutes les banques en Europe avec un prélèvement plafonné à 20% du bénéfice net. Reste à savoir si les Etats membres de l'Euro seront d'accord avec cette idée, et, si les banques vont suivre.

Le Fonds Monétaire International a annoncé qu'il ne participerait pas à cette nouvelle aide et met en doute la capacité de la Grèce à respecter en temps voulut les nouvelles mesures économiques.

 

La situation est sérieuse et la possibilité que la Grèce annonce un moratoire de sa dette publique n'est pas impossible. Il est enviseagable que la Grèce sorte de l'euro afin de pouvoir reprendre du souffle économiquement vis-à-vis de pays concurrents et se situant souvent hors zone euro.

 

Cette situation, si elle devait se produire, serait comme un coup de tonnerre dans la construction européenne. La dette souveraine de la Grèce a ouvert la voie d'une possible réduction de la zone d'influence économique de l'euro, ce qui aurait pour conséquence d'affaiblir l'euro et de redonner au dollar américain de la vigueur.

Cependant, il est difficilement compréhensible de voir un pays comme la Grèce qui ne représente que 3% de l'économie européenne, d'être en mesure de faire vaciller l'Europe toute entière.

Il y a d'autres facteurs qui sont entre autre les dettes souveraines de l'ensemble des Etats Européens et dont les plus touchés sont l'Italie, l'Espagne, le Portugal et dans une moindre mesure l'Irlande. Mais d'autres pays sont touchés, certe dans une moindre mesure, mais tout de même, la France est endetté  à hauteur de 85% de son PIB selon un rapport de l'Insee du 30 juin 2011. Cependant, la France n'est ni la Grèce, ni l'Espagne et le Portugal. Les capacités financières, industrielles, techniques de la France permettront d'échapper au sort des pays pré-cités.

 

Tag(s) : #Dettes Souveraines

Partager cet article

Repost 0