Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FranceAlors que ce n'est un secret pour personne sur le fait que la France est mise sous surveillance par les agences de notation. Ces dernières ont clairement fait comprendre que si des mesures d'austérités n'étaient pas prises pour réduire les déficits de la France, elles se verraient contraintes d'abaisser la notation AAA à AA+. La France est dans le collimateur, et, si elle perd son AAA, elle paiera encore plus cher ses emprunts sur les marchés financiers. Le gouvernement Français n'a plus d'autres alternatives que de proposer un plan de rigeur un peu plus ambitieux que le premier.

 

Ainsi, parmi les mesures d'austérités annoncé par le premier ministre, M. François Fillon, celles-ci toucheront plus les classes moyennes que les autres.

 

Le passage de l’âge légal de la retraite à 62 ans est avancé d’un an. Il aura lieu en 2017 au lieu de 2018. Cela permettra d'économiser 4.4 milliards d'euros.

 

- Le barème de l’impôt sur le revenu sera gelé en 2012 et 2013 au niveau de 2011. Celui de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et les tarifs et abattements en matière de droits de succession et de donation seront également gelés,mais une revalorisation possible en fonction du coût de la vie, d'ou un risque pour certains contribuables de sauter de tranche.

 

- Réduction accélérée des niches fiscales à hauteur de 2,6 milliards d’euros, la loi Scellier disparaitra fin 2012.

- Le prêt à taux zéro va être « recentré » sur les logements neufs.

 

- La TVA à taux réduit est relevée de 5,5% à 7% sauf sur les produits de première nécessité (alimentation, électricité). Gain estimé de 1.8 milliard d'euros dès 2012.

 

- Gel à 1% de la revalorisation des prestations sociales pour 2012-2013, indexée sur le taux de croissance et non pas l’inflation. Les pensions de retraite, RSA, et handicapés ne sont pas concernées.

 

- L’impôt sur les sociétés pour les grands groupes est majoré de 5%, à partir de 250 millions d’euros de chiffre d’affaires.

- Le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) sur les dividendes et les intérêts sera porté de 19 % à 24 %.

 

- Dépenses de l’Etat. C’est 500 millions d’économies supplémentaires pour 2012. 1,5 milliard d’euros en tout d’économies pour 2012 .A partir de 2013, les dépenses de l’Etat diminueront d’1 milliard par an.

 

- Dépenses de santé, « l’effort supplémentaire » sera de 700 millions.

 

- Assurance maladie: progression des dépenses ramenée à 2,5% en 2012, « au lieu des 2,8% qui avaient été initialement fixés ».

 

- Le salaire du président de la République et des membres du gouvernement est gelé « jusqu’au retour à l’équilibre strict des finances publiques ».

 

- Dépenses de l'État : économie supplémentaire de 500 millions d'euros en 2012 soit, en tenant compte du premier plan annoncé fin août, 1,5 milliard d'économies par rapport au projet de budget initial ; réduction des surfaces occupées par les administrations portée à 5 % pour les trois prochaines années et programme de cessions immobilières accéléré pour atteindre 500 millions d'euros par an.

 

- Réduction de 5 % du plafond des dépenses de campagne électorale et diminution des aides aux partis politiques.

Le Premier ministre a également demandé un effort de transparence aux collectivités territoriales : les collectivités de plus de 50 000 habitants devront publier annuellement un état de leurs effectifs et de leur dépenses de train de vie.

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost 0